Comment fonctionnent les contrats d’assurance-vie ?

Étant une forme d’assurance proposée par diverses compagnies, l’assurance-vie est destinée en quelque sorte à verser une certaine somme d’argent, dont la rente, lorsqu’un évènement lié à l’assuré survient, à savoir le décès ou la survie.

Il est ainsi indispensable de faire la distinction entre l’assurance en cas de vie ou assurance sur la vie et l’assurance en cas de décès ou assurance décès.

En France, le terme assurance-vie est souvent utilisé pour désigner un contrat d’assurance décès où le capital sera versé si le décès survient avant le terme du contrat.

Les assurances-vie

Pour ceux qui souhaitent se lancer dans un placement d’argent afin de financer un futur projet immobilier ou tout simplement de prévoir la retraite, l’assurance-vie figure parmi les produits tant plébiscité par les épargnants. Dans ce type d’assurance, si l’assuré est encore en vie au terme du contrat, l’assureur lui paie une rente ou un capital convenu à l’avance.

Tout au long du contrat, le souscripteur verse des primes avec des frais qui peuvent être facturés. Concernant le taux de rémunération, celui-ci est fonction du support sur lequel sont investies les primes. Si l’assuré opte pour un contrat en euros, les fonds versés sont garantis et produisent des intérêts avec un taux minimum mentionné dans le contrat.

Pour le contrat en unité de compte, les fonds peuvent prendre la forme de parts, d’actions, d’OPCVM, d’obligations… En plus, le contrat multisupport constitue également une autre alternative. Il comporte aussi bien des placements en unité de compte que ceux libellés en euros. À titre d’information, il est possible de retirer les capitaux accumulés au cas où l’assuré aurait besoin, sous certaines conditions bien entendu.

Les assurances décès

Les contrats d’assurance-décès intéressent généralement les personnes qui comptent constituer une réserve financière pour leurs successeurs lorsqu’elles décèdent. Dans ce cas, la rente ou le capital convenu à l’avance est versé aux bénéficiaires mentionnés dans l’acte si le décès survient.

Parfois, le versement ne se fait pas sous forme d’une somme unique, mais sous forme de rente payée périodiquement par l’assureur. Deux possibilités s’offrent aux souscripteurs, à savoir l’assurance-décès qui couvre toute la vie (rente toujours versée dès que l’assuré décède) et l’assurance-décès temporaire (rente versée si le décès a lieu avant le terme du contrat).

Quelques conditions sont requises pour pouvoir souscrire ce type d’assurance. En premier lieu, la capacité juridique de contracter est exigée. Alors, les mineurs et les majeures en tutelle ne peuvent pas eux seuls le souscrire. Par ailleurs, le souscripteur doit se conformer aux règles de limite d’âge établies que l’assureur. Il est également tenu de s’engager à verser les primes énoncées dans le contrat. Enfin, il faut remplir sincèrement et de manière exhaustive le questionnaire médical.

Les assurances mixtes

En ce qui concerne les assurances mixtes, elles permettent de bénéficier des avantages de l’assurance-vieet de ceux de l’assurance-décès. Le souscripteur peut ainsi protéger sa famille contre les éventuels problèmes financiers lorsqu’il décède, mais aussi prévoir la constitution d’une certaine provision pour la retraite s’il survit. En optant pour ce type d’assurance, l’assuré peut choisir la proportion des montants payables en cas de vie ou en cas de décès.

Aurelie Auteur